Cours du Rav Elie Ebidia du 16 Février 2015

On a l’impression en ce moment que ça n’arrête pas. On essaye d’oublier a chaque fois. On est dans le déni.

Et a chaque fois quelque chose d’autre arrive. On n’a même pas le temps de nier.

On finit par se demander, en tant que juif, pas seulement si on doit quitter la France, mais le sens qu’être juif est problématique. Aller en Israël n’est pas la fin de l’exil. En Israël aussi c’est l’exil.

Ce n’est pas seulement être entre nous, c’est être nous même.
Même les gens qui habitent à Jérusalem disent : Ashana Abaa BeYéroushalayim !
Nos frères en Israël vivent aussi ce qu’on vit ici.

Quel est le sens de l’exil, et nous renforcer sur sa signification.

Pensée du Maaral de Prague sur l’exil :

Normalement, dans la nature des choses, tout peuple doit avoir une terre. On a du mal à imaginer un peuple hors-cadre. Chaque peuple est relié à une terre.

Nous sommes fondamentalement un peuple sans terre.
C’est anti-nature.

Donc si un peuple n’a pas de terre, ce n’est pas normal.
Tout ce qui n’est pas dans la nature ne peut pas durer. Anti-nature ne peut pas perdurer.

Exemple des allemands

Fantasme des nazis : Blonds aux yeux bleus. Mais c’est anti-nature puisque dans le nature TOUT LE MONDE est différent !
Donc ça ne peut pas exister. Ce qui est anti naturel ne tient pas.

De même, si on cherche à être contre notre nature, ça va marcher un certain temps mais ça ne tient pas.
« Chasser le naturel, il revient au galop »
Pareil, un peuple sans terre, ne peut pas durer.

Mais le peuple d’Israël dure depuis des siècles.

C’est anti-naturel. Mais ça marche. C’est un miracle !

Puisque ça dure, c’est la preuve d’un miracle.
Délivrance après l’exil. Plus l’exil dure, plus c’est la preuve qu’on va sortir d’exil.

Ça dure : c’est miraculeux donc la délivrance sera miraculeuse.
Le problème c’est qu’on ne sait pas toujours voir le miracle. C’est dur.

Mais en vérité, plus on nous refuse l’existence plus on existe.
Depuis toujours on est en exil.

Première chose qu’on dit à Avraham : « Quitte le lieu où tu te sens bien. Et pars de là où tu es. »

Pour exister, il faut a un moment sortir de nos certitudes, de notre installation.

Le juif se construit sur la contrariété.
Chacun doit exister comme il est.
Nous somme l’exemple de la différence parmi les nations.

Une des fonctions d’Israël dans le monde : apprendre la différence.

Durkheim a apporté dans le monde sociologique l’idée de l’autre.
Le juif est une espèce de pense bête.

« J’ai une façon de penser qui n’est pas tout à faite comme vous. »
« Ah tu nous embête. »

Le juif apporte au monde.

Chapitre 2, Zachary, 10

« Comme je vous ai éparpillé aux confins de la terre, comme les 4 vents du ciel. »

Ainsi Israël est dispersé dans le monde pour le maintenir.

L’exil d’Israël a une fonction dans le monde. D. a voulu qu’on soit éparpillés dans le monde pour faire tenir le monde.

Première raison de l’antisémitisme : Dire aux gens qu’il faut avoir des valeurs. Quelque part ça dérange.
D. a voulu qu’on apporte ces valeurs au monde. (Ne pas tuer, ne pas voler…)

On est en exil pour des BONNES raisons.

On est la pour révéler les consciences.
Notre présence dans l’exil est miraculeuse. Ça fait longtemps qu’on ne devrait plus exister. Mais ON EST LA.

Et un jour on sera libéré.
Un jour chacun va comprendre que l’essentiel est dans l’intelligence. Ce qu’on peut développer est dans l’intelligence.

Maïmonide (est plus réaliste. Il ne dit pas : quand il y aura Mashiah on sera des anges…) dit que dans les temps messianiques il n’y aura pas de différence SAUF le fait que nous n’aurons plus le poids des nations.

Les nations auront compris que l’essentiel ne sera pas forcément dans la mécanique/technique/matérialité mais qu’il y a autre chose.

Toutes les étapes que nous vivons nous apprennent que finalement l’essentiel n’est pas dans ce que nous croyons.

Réveille toi !

D. ne supporte pas quand le monde s’endort sur ses valeurs.
Lorsque l’humanité se repose.
C’est pour ça que le peuple juif est toujours en mouvement !

On nous a promis une terre ? Mais non, ça ne se passera pas comme ça.

  • 1er exil, de Babylone. (Premier temple)
  • 2ème exil, on a recommencé à s’endormir.

Le problème c’est qu’on se sédentarise. On devient propriétaire terrien. On s’habitue à cet exil. On s’endort !
La terre ne nous sert, à nous en tant que juifs, que pour développer notre partie spirituelle.

Exemple

Première récolte, tu travailles dur, tu mets toutes tes forces dedans, eh bien ta première récolte tu la donnes !

Chez nous il n’y a aucune mystique du sol. Elle est dans la torah, dans l’étude.

Le juif est prédisposé à l’exil. Car au fond du fond, la matérialité ne l’intéresse pas. Elle ne fait pas partie de sa constitution.

On est des kiffeurs bien-sûr. Mais on s’en sert positivement.
C’est ce que les autres nations n’arrivent pas à comprendre. Avec notre matérialité on peut être juif !

Nous, la matérialité ne nous pose aucun problème.

Exemple

Chabbat est le jour le plus saint de la semaine. Eh bien c’est LE jour ou c’est le mieux pour avoir une relation conjugale. Oui.

Mais on n’est pas formaté pour la matérialité. On s’en sert pour la spiritualité.

Même les personnes les plus éloignées, pas pratiquantes du tout, elles se servent de la matérialité pas seulement pour la matérialité mais pour chercher quelque chose derrière, d’absolu.

Exemple

Comme Gainsbourg. Il cherchait les femmes, la drogue… Mais au fond c’était pour arriver à quelque chose : écrire des textes d’amour magnifiques, sublimer les mots de la langue française !

L’exil est fait pour ne pas être dans l’installation.
L’exil n’est pas un accident de l’histoire. Si Hashem a mis son peuple en exil, c’est qu’il y a un sens.

Nous sommes là parce que nous avons une raison.
Nous avons des choses à apporter aux nations.
« Et finalement ce n’est pas si mal d’être gentil, ce n’est si mal d’être honnête… »

Si les juifs sont la c’est parce qu’il y a une raison.

Henri Bergson, grand philosophe juif.

Il descendait d’une famille hassidique de juif de Pologne.
Il a eu l’autorisation par Pétain de ne pas s’inscrire en tant que juif. Il était considéré comme Monument national.

Bergson a répondu : « Je suis avec mes frères dans la souffrances. »

Il a refusé ce passe-droit !
Il s’est inscrit, pour être nommé « juif » (mairie du 11ème), il a fait la queue et les gens lui ont dit : ne faites pas la queue il fait froid, on va vous faire passer.

Il a répondu : il n’en est pas question que je passe. Je vais faire la queue avec mes frères.
(Il est mort un peu plus tard, de froid…)

C’est ça le but du juif dans le monde.
Cette dimension d’exil n’est pas insensée.
Il ne faut pas se sentir complexé de ne pas être en Israël et ne pas faire l’armée comme les habitants d’Israël.

Nous aussi nous sommes les soldats Tsahal de houts-laarets ! (En dehors d’Israël)
Car on apporte des valeurs au monde!

Première Mitzvah de la torah : apprendre à fixer le mois.

Le premier mois est le Mois de Nissan.
Fixement de la lune et du soleil.

Pourquoi la première Mitzvah est la fixation du mois ?

  1. Sans la dimension du temps (matérialité de l’homme) il n’y a pas de définition de l’homme.
    Marquer la dimension humaine et matérielle dans le temps.
    Car sans Rosh Hodesh on ne peut pas savoir quand est Pessah, Chavouot…
  2. Le 1er Nissan inaugure la libération dans les temps messianiques.

Un juif doit à la fois vivre dans cette dimension matérielle pour apporter de la lumière dans le monde (prière, Tefiline, se marier… )

Faire sa Hishtadlout

Mais ne pas oublier que ma vie naturelle est en soit une vie miraculeuse.
L’exil nous fait vivre l’idée de l’espoir.

Le Maaral dit qu’on ne peut rien vivre si on ne vit pas l’expérience de l’absence.
Il faut à un moment qu’il n’y ait plus rien pour que quelque chose de nouveau puisse arriver.
Dans la vie rien ne peut arriver s’il n’y a pas auparavant un effacement.
Tu ne peux pas sortir tant que tu n’as pas fait l’expérience du presque néant.
Atteindre le fond (pas complètement).
Comme un nageur. Il faut qu’il arrive au fond de la piscine pour pouvoir pousser et remonter.

Pour pouvoir apprendre il faut d’abord désapprendre.
D’abord oublier ce que je sais. Sinon il y aura un conflit.
L’exil (négation) a du sens. C’est hors nature.

Dans le bon sens de l’exil on ne peut pas amener un sens nouveau qui est la délivrance.
L’exil passe par le rapprochement avec les valeurs.

Conscience de l’essentiel.
Notion de l’unité.

On passe de l’exil à l’unité en changeant une lettre : Gala/Gaal
La lettre Hé par un Alef.

Une des fonctions de l’exil : réparer la parole.
Si on enlève de nos paroles les choses négatives, on arrive à la délivrance.

On parle mal : on a des pensées mauvaises.
C’est pour ça que le lashon Ara c’est très mal.
Se réapproprier des paroles c’est sortir de notre propre exil.
Le lashon ara voit le verre à moitié vide au lieu de plein.
Clarification du langage. Parler moins mal et mieux.

Être délivré de l’exil par une connaissance de soi.

Dans la Paracha de cette semaine, Michpatim, on nous donne une clef de la liberté.

Lorsqu’un homme a été obligé de se faire esclave, (car il a volé). Il travaille pour « rembourser ».

Dans la torah il n’y a pas de prison.

La prison c’est n’importe quoi. Ça rend un problème encore pire que ce que ça aurait dû régler. On enferme un homme (?!)

Un esclave ne peut pas rester esclave plus de 7 ans. Qu’il ait remboursé ou non.

Le risque de l’esclavage c’est qu’on commence à y prendre goût.

Si le gars au bout de 7 ans veut rester esclave, on l’emmène devant une porte et on lui perce l’oreille.

L’oreille c’est le symbole de la liberté. Et comme il ne veut plus être libre on lui perce l’oreille.
5 choses à réparer :

  • Souffrance
  • Honte
  • Guérison
  • Manque a gagner au niveau du travail
  • Médicaments

Exemple

Si quelqu’un fait beaucoup de bruit au point de rendre sourd, la personne devra payer le prix de l’oreille, c’est le prix de l’homme tout entier.

Car dans la torah on dit : qui est l’homme libre ?
Celui qui peut entendre. (Et non parler)
Et un esclave c’est quelqu’un qui ne veut plus entendre.

Donc : L’Exil a un but.
Et comment on en sort : Réparation du langage et de la pensée.


Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/25/d212389735/htdocs/services/Yaakov/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 353

LEAVE A REPLY